Lena Walker – Les Petites Merveilles

IMG_20200817_075518_790

Si comme moi vous avez été baby-sitter durant votre adolescence, voici un roman qui vous replongera dans ces années parfois drôles, parfois laborieuses, parfois pleines d’amour mais qui resteront quoiqu’il en soit inoubliables.

Eva, jeune femme hypersensible de 26 ans, vit depuis toujours dans une loge de concierge avec sa mère Corinne. Très fusionnelles, elles sont certes à l’étroit dans cette cage à oiseau mais Eva y a toujours trouvé un cocon protecteur.

Depuis plusieurs années, elle travaille dans une petite librairie du 5e arrondissement parisien. Mais Marcel, le propriétaire, ne fait rien pour moderniser sa boutique. Les livres prennent la poussière et plus aucun client n’ose franchir la porte…Il est au bord de la faillite et décide à contre-coeur de licencier Eva.

Heureusement qu’Iris, sa meilleure amie, lui dégotte un job de nounou chez les Donadieu, une famille aisée du 5e. La voilà en charge de 3 enfants : Louis, 3 ans, Rose, 5 ans et Arthur 9 ans. Sous leurs airs d’ange, ces petites merveilles vont autant attendrir qu’épuiser Eva. Mais surtout, elle va découvrir que certaines de leurs difficultés cachent des problèmes bien plus graves…

Eva va devoir surmonter plusieurs épreuves en même temps : sauver la librairie de Marcel, aider Louis, Rose et Arthur en manque de leurs parents, soutenir sa mère ainsi que le stress d’Iris en pleins préparatifs de son mariage. Eva va être sur tous les fronts ! Mais elle va surtout retrouver le sourire et tout faire pour transmettre ce bonheur à ces « petites merveilles ».

C’est le 3e roman de Lena Walker mais c’est la première fois que je la lis. Et quelle belle découverte ! Une plume sensible et douce, une touche d’humour. Une histoire agréable et des personnages attachants. Mais ne fiez-vous pas à cette légèreté apparente car Lena Walker aborde des sujets forts et profonds. Le harcèlement scolaire, l’amour maternel et plus précisément ce lien mère-enfants.

Derrière cette façade de famille modèle se cachent bien souvent des failles. Celles de parents trop occupés par leur travail et qui fuient leurs responsabilités familiales. Un équilibre perdu qui crée un mal-être chez ces tout-petits, les privant de tendresse et d’attention à un âge où ils en ont plus que besoin.

Et il y est question du lien mère-fille, parfois très-trop fusionnel, et de ce cordon qu’il faut un jour couper pour voler de ses propres ailes.

Un roman tout en douceur et en tendresse qui m’a permis de revivre avec nostalgie mes années de baby-sitting. Lorsqu’on s’attache à des enfants qui ne sont pas les nôtres. Qu’on les voit évoluer et grandir avec fierté. Et qu’on se dit que notre présence, certes minime, a pu leur apporter l’amour et la présence dont ils avaient besoin à ce moment-là.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s