Marion McGuinness – Une bonne et une mauvaise nouvelle

IMG_20200713_073550_426

Il y a des maisons d’édition qui vous collent à la peau, dont chaque ouvrage vous correspond. Aujourd’hui, j’aimerais mettre en avant les éditions Eyrolles, dont les romans axés feel-good et développement personnel sont à chaque fois une lecture bonheur.

Le roman de Marion McGuinness a été une très belle découverte, une lecture à placer dans sa PAL estivale.

Clothilde a été abandonnée à la naissance et a toujours grandi dans un foyer de l’Aide sociale à l’enfance dans un petit village normand. Elle sait que la vie ne lui a pas fait de cadeaux et s’est forgée une carapace pour préserver son cœur tout tendre et se protéger. Depuis, elle a fait de l’annonce des mauvaises nouvelles son métier : elle est chargée d’annoncer les décès, les licenciements, etc, souvent en face à face et avec un professionnalisme et une froideur qui ont fait sa renommée. La jeune femme vit recluse seule avec ses chats, son cœur brisé et des histoires d’amour plein la tête.

Mais son quotidien solitaire et ultra organisé va être chamboulé lorsqu’elle apprend que sa mère biologique vient de décéder et lui laisse en héritage la garde d’un petit garçon à la crinière rousse comme elle. Adam, son frère âgé de 8 ans…Alors, est-ce finalement une si mauvaise nouvelle ?

Dans le même temps, Ben, son amour de jeunesse qui l’a quittée sans explication 12 ans auparavant, réapparaît. Il décide de revenir s’installer dans le village de leur enfance et compte bien imposer à Clothilde sa présence.

Marion McGuinness nous livre un petit bonbon littéraire, tout en douceur et en sensibilité. Le personnage de Clothilde est particulièrement touchant car elle va devoir apprendre à aimer et à être aimée. A avoir confiance en elle et à faire confiance aux autres. A les laisser entrer dans son univers, dans son cœur. Cette jeune femme, qui jusqu’à présent n’a connu que l’abandon, va découvrir qu’elle peut être capable d’aimer alors qu’enfant elle n’a jamais eu de marques de tendresse. On n’a qu’une envie, réconforter Clothilde, lui dire que tout ira bien et qu’il faut parfois se laisser porter et mettre ses peurs de côté.

Une magnifique histoire sur la reconstruction, sur l’apprentissage de l’amour et de la confiance, et sur ce lien du sang qui sera malgré tout plus fort que l’inconnu. Clothilde, Adam, 2 écorchés vifs que j’ai eu du mal à quitter en refermant ce livre !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s