Christine Mangan – Tangerine

IMG_20190526_175436_703.jpg

Tanger, 1956, dans les prémices de l’indépendance marocaine, alors Protectorat français. Une ville grouillante, tourbillonnante, son souk, ses étals, le soleil flamboyant, sa chaleur accablante, ses volutes de kif, ses odeurs dérangeantes se mêlant aux épices. Alice Shipley s’y est installée depuis peu avec son mari John. Un mariage de convention, fraîchement célébré, à la va-vite, une simple signature en bas d’un document. Mais à Tanger, ses peurs, ses angoisses, son mal-être ressurgissent et l’empêchent de vivre, de sortir. Cette ville, elle le sait, la rejette. Tandis que John s’épanouit dans cette vie d’expatrié, Alice passe dorénavant ses journées confinée dans leur appartement à attendre que son mari rentre du travail. Un emprisonnement volontaire. Une vie fantomatique.

Jusqu’au jour où Lucy, son ancienne colocataire du collège Bennington dans le Vermont se présente à sa porte. Tout son passé refait alors surface. Leur relation était ambigüe, fusionnelle, mélange de possessivité extrême, de jalousie et d’admiration. Qui oscillait entre amour et mépris. Un lien obsessionnel déroutant qui les unit depuis toutes ces années. Une amitié exclusive qui a pris fin brusquement après ce terrible et mystérieux accident à Bennington, où Lucy semblait être étrangement mêlée.

A Tanger, Lucy va reprendre de manière insidieuse sa place auprès d’Alice. Une manipulation psychologique troublante, une présence provocante. Car Lucy est comme Tanger, elle voit tout, observe, étouffe.

Quand John disparaît soudainement, Alice va alors tenter de comprendre qui est véritablement Lucy. Son amie est-elle celle qu’elle croit connaître ? Ou est-ce que ses démons du passé, sa fragilité psychologique ressurgissent et la malmènent ? Dans ce récit à 2 voix, celle de Lucy et celle d’Alice, où se mêlent le passé et le présent, qui croire ? A qui se fier ?

Cet incroyable thriller psychologique se dévore tout en suffocation. L’atmosphère y est lourde et oppressante, menaçante, troublante. Alice, cette jeune femme orpheline, riche bourgeoise anglaise, naïve, peu sûre d’elle et hantée par son passé, se retrouve prise au piège d’un jeu qui se referme sur elle. Une machination démoniaque qui l’obligera à tout remettre en question, à douter d’elle-même. Lucy, cette femme qui est tout le contraire d’Alice : américaine issue de la classe défavorisée, extravertie, exubérante, libre.

Dans ce premier roman, Christine Mangan joue avec nos nerfs et nous transporte dans un subtil et dangereux jeu de dupes. Entre mensonges, manipulations, meurtres et folie, tout se mélange, se trouble, devient angoissant. Qui sortira indemne de cette ville si envoûtante, Tanger ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s