Mariam Sheik Fareed – Le syndrome de l’accent étranger

20190501_145512IMG_20190502_130128_55020190501_151608

«Le plus beau des voyages est parfois une simple rencontre…» 

Désiré est balayeur pour la ville de Paris. D’origine mauricienne, il vit illégalement sans papier dans une petite chambre de bonne. Sous les toits brûlants de Paris, le ciel à travers la lucarne comme seul témoin, la vie y est simple, modeste, solitaire. Un soir, dans le métro, Désiré trouve une sacoche contenant un ordinateur portable. En voulant connaître l’identité du propriétaire, il y découvre le début d’une histoire qui l’intrigue.

Cette sacoche appartient à Alexandre, un cuisinier dont la vie n’est pas palpitante. Son ordinateur, il l’embarque partout avec lui pour y noter ses idées, ses pensées. Mais voilà, ce roman qu’il a commencé ne l’inspire plus, les mots ne viennent plus… Jusqu’à ce qu’il reçoive une lettre de Désiré, qui propose de lui rendre sa sacoche et son ordinateur à condition qu’il écrive la fin de l’histoire. Alexandre accepte d’écrire si Désiré l’aide à imaginer la suite. Le chantage va alors prendre une tournure de correspondance entre ces 2 hommes. 2 hommes que tout oppose mais qui sont liés par l’amour des mots et l’envie d’écrire une histoire. Un début d’aventure littéraire qui va réveiller l’enthousiasme de ces 2 âmes égarées.

L’histoire non finie, c’est finalement une histoire dans l’histoire : celle de Sophie Van Er Meer, une richissime galeriste parisienne qui, suite à un accident, est victime d’un traumatisme crânien et se met à parler avec un drôle d’accent. Un accent créole. Elle souffre du FAS, le Foreign Accent Syndrome, ou Syndrome de l’accent étranger. La suite, c’est Désiré qui la soufflera à Alexandre…

Le premier roman de Mariam Sheik Fareed est un merveilleux conte moderne, empreint de poésie et de bienveillance. De Paris à l’île Maurice, des profondeurs du métro à l’exotisme de l’Océan Indien, on plonge avec délice dans un livre à la plume tendre, plein d’humanité et de sensibilité. 2 histoires au message réconfortant. Devient-on ce que l’on est ou ce que l’on veut être ? Une lecture qui émeut et qui fait du bien. L’ouverture aux autres et au monde, voilà une belle promesse d’avenir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s