Elizabeth George – La punition qu’elle mérite

IMG_20190412_121307_835

God save the Queen du crime !

A Ludlow, paisible petite ville anglaise où le temps semble s’être arrêté, l’irréprochable diacre Ian Druitt est accusé de pédophilie suite à un appel anonyme et retrouvé mort pendu durant sa garde à vue. Seul agent présent sur le secteur, l’îlotier Gary Ruddock, qui avait dû laisser Druitt seul dans un commissariat désaffecté, vide et sans aucune surveillance.

Alors que la police locale s’est contentée de classer l’affaire en suicide, le père de Druitt ne croit pas une seule seconde aux accusations qui bafouent l’honneur de son fils et fait pression pour rouvrir l’enquête. Les inspecteurs Isabelle Ardery et Barbara Havers du New Scotland Yard sont dépêchées sur place pour s’assurer que tout a été mené correctement par la police. Tandis qu’Ardery, en proie à l’alcoolisme et à ses problèmes personnels préfère bâcler l’enquête, Havers pousse les investigations et découvre des indices délaissés jusqu’alors. Le très aristocrate Thomas Lynley et la rebelle Barbara Havers vont reformer leur duo de choc, retourner à Ludlow pour enquêter sur ce suicide improbable et enfin éclaircir cette affaire.

Une scène de crime avec très peu d’indices, des témoins inexistants, un diacre très impliqué dans la vie associative et un îlotier livré à lui-même, le manque d’informations concrètes et les incohérences compliqueront l’enquête de la Police métropolitaine. Mais à force d’observer la vie de cette petite ville bien calme, l’étau se resserrera telle une toile d’araignée sur quelques personnes trop récurrentes et étrangement toutes liées. Un véritable maillage de suspects. Entre des étudiants fêtards, des parents trop impliqués, des secrets vont refaire surface. La mort du diacre Druitt ne serait que la partie émergée de l’iceberg, car dans les profondeurs de Ludlow se cachent en réalité alcool, sexe, excès, mensonges et ripoux.

Je découvre Elizabeth George avec ce 20ème opus et je ne regrette absolument pas cette semaine passée à lire ce pavé de 667 pages ! Bien qu’il existe quelques longueurs superflues, on est totalement pris dans cette enquête où chaque personnage satellite autour du suicide sans que l’on comprenne le lien. Une intrigue initiale qui prend une toute autre tournure au fil des pages. Un humour british parfaitement maîtrisé par une auteure pourtant américaine. Et l’envie de découvrir les autres tomes de ces enquêtes pour mieux comprendre la personnalité de ces inspecteurs si attachants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s