Valéry Sauvage – Rue Blondel

img_20190104_175409_765

Paris, Rue Blondel, 1947. Lucienne, dite Lulu, vient d’avoir 15 ans. Sa mère est prostituée, battue par son mac avec lequel elles vivent. Un quotidien terrible fait de misère, de violence et d’agressions sexuelles. Un coup de trop, et Lulu va finir incarcérée quelques années…Son destin est dorénavant tout tracé, ce sera la rue, impossible d’en sortir. Pute sur le trottoir comme sa mère, pas d’autre choix. Telle une Madone sur son piédestal, maquillée à outrance et vêtue d’une jupette, d’un boléro qui cache à peine un soutif en dentelle, sa place se trouve en haut de 3 marches, dans le creux d’une porte, rue Blondel…

Rue Blondel, c’est aussi le quartier de Maurice, dit Momo. Un serrurier aux mauvaises fréquentations qui va tomber dans le cambriolage, puis par la case prison. Petit mais costaud, un boxeur né.

Rue Blondel, c’est la rue par laquelle passe quotidiennement Edmond, ce jeune homme timide qui travaille dans les assurances. Ce garçon mal dans sa peau qui a décidé de quitter ses parents à l’adolescence pour fuir en Europe, et se retrouver en Grèce, par hasard. C’est là qu’il connaîtra l’amour. Un amour de vacances qui sera tellement fort qu’il y pensera encore à Paris, malgré la belle Lulu.

Rue Blondel, c’est le bar Le Select, tenu par Raymond et Germaine, où se retrouvent les habitués du quartier.

Durant 25 ans, ce livre nous plonge dans un décor en noir et blanc de cinéma. Le Paris populaire des années 50 à 70, les odeurs de clope, un verre de blanc limé, le petit noir sur le zinc du bar, Edith Piaf en fond sonore, l’accent des titis parisiens. C’est poétique et brut à la fois.

Ces destins qui se croisent rue Blondel, où Lulu veille, Madone de la rue, dont le sein réconforte et apaise les âmes désespérées.

Ces destins si fatalistes, que la vie n’épargne pas, mais dans lesquels Valérie Sauvage réussit à faire émerger de la douceur, de l’attachement. Un quartier figé où les personnages subissent leur vie et peinent à s’en sortir. Un petit livre magnifique qui m’a fait voyager dans le temps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s