Abram Almeida – La gueule de leur monde

IMG_20181220_151314_147

J’ai été littéralement assommée, bousculée, sidérée…ce livre est un véritable coup de poing. On ne ressort pas indemne de sa lecture. L’auteur, Abram Almeida, s’est basé sur des témoignages et des rapports officiels d’ONG. Le réalisme est donc présent, à son paroxysme, permettant au lecteur d’être totalement plongé dans l’histoire de ce jeune migrant.

Fraîchement diplômé, ce Burkinabé, qui se fera appeler « l’orphelin » tout au long du texte, tente désespérément de trouver du travail. C’est d’ailleurs après un énième entretien calamiteux qu’il rencontre 2 migrants en partance pour l’Europe. Pour tous ces jeunes diplômés sans travail, L’Europe est cet Eldorado, très loin, au-delà de la Méditerranée. Le constat est amer : à quoi bon avoir des diplômes s’il n’y a pas de travail en Afrique. Le départ est malheureusement leur unique solution.

C’est alors un impitoyable périple à travers l’Afrique auquel nous allons assister : du Burkina Faso, au Niger, en passant par l’Algérie, le Maroc et la Libye. Avant même la traversée de la Méditerranée, il y aura bien du chemin à parcourir mais surtout des obstacles à franchir. Nos jeunes migrants vont être faits prisonniers par des djihadistes, torturés, vont devenir des esclaves, subir la prostitution. Ils vont s’enfuir, puis être à nouveau capturés. Malmenés par des passeurs qui abusent de la situation. Délaissés par les différents gouvernements qui ne veulent pas de ces miséreux dans leur pays…

On ne sait pas combien de temps exactement dure cette histoire, mais on a la douloureuse sensation que ce périple est sans fin. L’orphelin continuera malgré tout à avancer, à vouloir coûte que coûte rejoindre l’Europe, au péril de sa vie et dans le dénuement le plus total. Telle une âme errante, fantomatique, dont le corps est épuisé, il continue, oubliant presque la raison de ce long chemin. On assiste impuissant à cette montée en force de la violence et au fatalisme de nos jeunes migrants. Le retour en arrière semble impossible.

Arriveront-t-ils au but ? Cette longue errance en Afrique ne serait-elle finalement pas que le début ? Car il reste encore la Méditerranée à traverser sur de frêles embarcations. Le dénouement sera-t-il la mort ou l’Europe ?

Abram Almeida évoque ce terrible sujet à travers le regard naïf et incrédule de l’orphelin. Le ton est ironique, cynique. Les horreurs y sont décrites sans larmoiement mais sur le ton de l’humour, presque anodines, comme pour banaliser ces souffrances quotidiennes. Un livre fort, dramatique, poignant, que je vous conseille vivement de lire afin de mieux comprendre la situation en Afrique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s